Tag: Bolivia

¡Nuestro viaje: seis meses y medio en America del Sur!

MAP AMSUD 2

ESPAÑA

26.10.2015

0. Madrid

PERU

27.10.2015>12.01.2016

1. Lima

2. Huaraz – Cordillera Blanca (+ Lagunas Wilcacocha, Churup, 69 y Trek de Santa Cruz)

3. La Union

4. Huánuco

5. Oxapampa

6. Huancayo

7. Ayacucho

8. Abancay (+ Trek de Choquequirao, trek de Salkantay y Machu Picchu)

9. Cusco

10. Arequipa

11. Cabanaconde (+ trek de Colca cañon)

BOLIVIA

12.01>12.02.2016

12. Copacabana + Lago Titicaca + Isla del Sol

13. La Paz

14. Cochabamba

15. Villa Tunari

16. Aiquile

17. Sucre

18. Potosi + Cerro Rico

19. Uyuni

20. Salar de Uyuni

21. Sur Lípez & Reserva Natural de Fauna Andina EduardoAvaroa – “Flamenco”

CHILE

12.02>30.03.2016

22. San Pedro de Atacama

23. Antofagasta

24. Bahia Inglesia

25. La Serena

26. Valparaiso + Viña del Mar

27. Casablanca

28. Los Andes + Parque Andino Juncal

ARGENTINA

30.03>27.04.2016

29. Mendoza y Cerro Aconcagua

30. La Rioja

31. Salta

32. San Salvador de Jujuy

33. Quebrada de Humahuaca (Maimará, Purmamarca, Salinas Grandes, Tilcara, Humahuaca)

PARAGUAY

27.04>05.05.2016

34. Asunción

35. Ciudad del Este (+ Foz do Iguaçu, Brasil, + Cataratas del Iguazú, Argentina)

BRASIL

06>11.05.2016

36.São Paulo

MAROC

12>13.05.2016

37. Casablanca

 

Salar Uyuni & Sur Lípez

(Version française tout à la fin du sujet, après les photos!)

IMG_2268

10.02.2016

Salar de Uyuni to pozostałość po wyschniętym słonym jeziorze na południu Boliwii. Jezioro położone jest na Boliwijskim Alti Plano na wysokości 3653 m i jest największym solniskiem świata. Z Uyuni wybraliśmy najtańsze biuro które organizuje dżipa i kierowce po czym zdecydowaliśmy się na opcję 3 dniową. Ze względu na obchody karnawału początek naszej wyprawy został zaplanowany na „pojutrze”:) Jakoż, że zima w tym regionie się zbliża Salar pokryte jest 10 centymetrami wody co tworzy niesamowite widoki perfekcyjnie symetryczne dzięki odbiciu na powierzchni tafli wody. Droga do Ujuni jest bardzo wyboista i w większości zalana wodą. Naszym pierwszym postojem był Hotel de Sal położony w centralnej części Salar. W hotelu mieliśmy czas na podziwianie jeziora, niestety nie trafiliśmy z pogodą i jezioro jak to każde duże jezioro, przypominało morze, po obiedzie po wyjściu z jadalni stanął przed nami niesamowity widok na z jednej strony czarne deszczowe chmury z drugiej perfekcyjne niebieskie niebo, efekt lustra doskonały. Jezioro zachwyca, jest gigantyczne, będąc w jego centrum zdaje się nieskończone. Po Uyuni zwiedziliśmy cmentarzysko pociągów położone niedaleko miasteczka Uyuni. Po tylu emocjach dzień dobiegał końca i udaliśmy się w stronę naszego noclegu w małej wiosce Culpina, na drodze zatrzymaliśmy się zobaczyć kościół w wiosce San Cristobal.

Po więcej zdjęć zapraszam na: agawalorek.wordpress.com

 

11.02.2016

Po miłym wieczorze w towarzystwie 4 podróżników, pary z Brazylii i dwóch Koreańczyków, i dobrej nocy wyruszyliśmy w stronę wulkanu Ollague, liczne słone jeziora zamieszkane prze niezliczone flamingi, pustynie, która każda posiada swoją charakterystykę, piaszczyste, ze skałami wulkanicznymi i gigantycznymi porozrzucanymi kamieniami są jednym z najpiękniejszych pejzaży jakie można sobie wymarzyć. Jednym z najbardziej znanych punktów pustyni boliwijskiej jest Arbol de Piedra i Laguny Colorada, z których jedna jest czerwona! Dzień mija szybko a my jesteśmy coraz bliżej granicy z Czile, wspaniała grupa podróżników z dżipa i sympatyczny kierowca sprawiły, iż nie mieliśmy ochoty na przekroczenie granicy następnego dnia. Nasza grupa porozumiewała się z Diego (kierowcą) po hiszpańsku, jeden Koreańczyk porozumiewał się po angielsku, drugi tylko po koreańsku, Brazylijczycy po hiszpańsku i angielsku i do tego my. Większość rozmów więc odbywała się w mieszance angielskiego i hiszpańskiego. Po całym dniu wrażeń udaliśmy się do kolejnego hostelu.

12.02.2016

Trzeci dzień zaczął się bardzo wcześnie ze względu na czas dojazdu do Gejzerów „Sol de Mañana”, które robią największe wrażenie w czasie wschodu słońca. Po gejzerach zatrzymujemy się przy “laguna Verde” zielonym jeziorze i podziwiamy widok na położony na granicy Czilijsko Boliwijskiej Wulkan Licancabur. Po trzech dniach wrażeń, zmiany klimatu z wilgotnego na pustynny i wspaniałych nowych znajomościach wraz z Matthieu udaliśmy się na granicę. Granica w tym miejscu jest po środku pustyni, nie ma na niej nic poza kilkoma samochodami i małym pomieszczeniu dla “migración” Boliwijskigo. Na pieczątke wjazdu do Czile trzeba jeszcze troche poczekać, można ją otrzymać dopiero w San Pedro de Atacama. Tak zaczęłą się nasza przygoda z jedną z największych pustyń świata, Atacama.

 

(version française)

Excursion 4×4 Sud-Bolivienne : Salar de Uyuni & Sur Lípez

>>> n’hésitez surtout pas à aller voir les autres photos d’Agata, plus neutres (sans nos tronches dessus), voire complètement abstraites dans ce cas-ci, et plus “artistiques” sur son blog photo:

https://agawalorek.wordpress.com/2016/03/06/uyuni-bolivia/

10>12.02.2016

Dia 1

10.02.2016

Après avoir commencé par voir un musée de sel, qui n’a de musée que le nom (on y expose des espèces de sculptures en sel, qui n’ont de sculpture que la prétendue dénomination….), au milieu d’une zone marchande truffée d’échoppes de souvenirs pour touristes située au milieu de nulle part à l’approche du Salar, on sent venir d’emtrée de jeu l’aspect toutristico-touristique de l’enroit, ce qui n’est pas pour nous rassurer. Ensuite, cap sur le salar, avec un ciel qui grisonne de plus en plus… pas de bol, on croyait ce matin qu’il allait faire beau, mais Diego, notre sympathique chauffeur, nous affirme le contraire…. On savait que, vu la saison et les pluies récentes, on ne peut pas parcourir le salar tel que prévu. On ne peut pas y entrer en profondeur, ni le traverser, car il est inondé (ce qui est normal une partie de l’année), mais en ce moment, l’épaisseur de l’eau est trop importante que pour permettre aux 4X4 de franchir certaines zones. On s’arrêtera donc à l’Hostal de Sal, où on va manger, puis on fera demi-tour. Sous eau, c’est assez étonnant, mais la surface de sel apparait grise et pas blanche, et l’eau trouble nous donne un effet de surface de neige ‘sale’ en pleine fonte… Pas top donc, bien loin de ce à quoi on s’attendait. Ciel gris, un peu de pluie, rien de magique ni féérique, bref pas de bol…. Après quelques minutes, il est déjà temps de rentrer dans le bâtiment (construit en blocs de sel!) pour manger et faire un peu plus connaissance avec nos deux condisciples Coréens et notre chauffeur Diego. On aura de toute façon le temps de re-profiter de la vue sur la salar après le repas, mais tout est un peu minuté, il y a beaucoup de groupes et de touristes….

Fin de repas, on repointe le nez dehors, et là, coup de bol, la tendence s’inverse: alors qu’on déchantait tous à cette vision de ciel gris pluvieux et de surface salée à l’effet de lac gelé entrain de dégeler, voilà qu’on se retrouve subitement dans une situation météorologique intermédiaire, ciel gris (presque noir) d’un côté, ciel clair de l’autre, et surtout, surface d’eau complètement calmée, lisse telle un miroir infini. On se retrouve donc tout d’un coup “autre-part”, dans un lieu improbable et irréel, ou le paysage, les nuages, et tout ce qui passe dans le champs de vision (Jeeps, touristes) se reflète à l’endroit/à l’envers jusqu’à l’infini. La ligne d’horizon a disparu, les choses semblent flotter dans un univers immatériel…. Moment unique dans un lieu unique, tout le monde s’amuse à prendre des photos insolites!

Ensuite, retour sur terre, l’horloge nous a rattrappés, il est temps d’aller voir le cimetière de locomotives, et cette fois-ci, la pluie et l’humidité n’ont pas rendu le lieu plus magique qu’il ne peut l’être par beau temps… Ca reste cependant sympa de voir ces trains de vieilles locos ainsi figées à jamais, à la queue leu-leu! Ensuite, on prend des routes (pistes?) vers le sud, pour se rendre dans un petit hostal situé dans un village un peu perdu (à Culpina), mais somme-toute assez sympa… les lamas y gambadent tranquillement!

Dia 2

11.02.2016

On démarre raisonnablement le matin pour rejoindre le parcours initial, dont on avait du s’éloigner faute de pouvoir traverser le salar. Cap sur l’ouest donc, jusqu’à cette route qui nous mèrera jusqu’à la frontière chilienne le lendemain. On rejoint celle-ci (la route) à hauteur du volcan Ollague, qui se cache un petit peu dans les nuages. Les routes se transforment en pistes, le 4×4 était bien nécessaire! Ensuite, un enchainement de lieux tous plus extraordinaires les uns que les autres. Le paysage devint de plus en plus désertique, sur fond de montagmes, souvent volcaniques, tout en étant jalonné de nombreux lacs, dont certains, comme leurs noms l’expriment souvent, possèdent des caractéristiques particulières (lac salé, coloré, fréquenté par des flamands roses), etc…. On croise aussi des zones plus rocheuses avec des érosions particulières, qui font apparaitre des statues de pierre naturelles, tel ‘El Condor’. Plus ou moins dans l’ordre, on aura vu: les lagunas (lacs) Cañapa, Chiarkota, Hedionda, Cachi, et Khara.

On entre ensuite dans la ‘reserva nacional de fauna andina Eduardo Avaroa “Flamenco” ‘, on s’arrête au pied de ‘El Arbol de piedra’, un rocher auquel l’érosion a conféré une forme d’arbre, et on se pose enfin dans un ultime hostal au bord de la ‘Laguna colorada’, lac dont l’eau est de couleur rouge, en raison de la présence de minéraux, algues, etc… et on s’endort pour une courte nuit après une journée bien remplie lors delaquelle on en a eu plein la vue, et au terme de laquelle on aura finalement vu la célébrissimme ‘Croix du Sud’, tant la nuit noire fait briller les étoiles et scintiller la voie lactée dans ce ciel si éloigné des villes et des lumières!

Dia 3

12.02.2016

Dernier jour, on se lève tôt, très tôt! On va voir ‘los Geyseres del Sol de Mañana‘, avec lever de soleil en arrière-plan. Donc debout à 4h du mat, et on monte vite fait dans la voiture, qui s’aventure sur les pistes dans le noir (avec les phares quand-même hein, bien qu’on soit en Bolivie!). Spectacle superbe, les geysers sont impressionnants, beaucoup plus grands que ceux vu dans le Cañon del Colca. Colonnes de fumées de plus de 30m de haut, odeur de souffre, eaux bouillonnante dans ces trous qui se juxtaposent l’un à côté de l’autre sur la croûte terrestre….

Etape suivante, à Polkes, au Bord du Salar de Chalviri, qui en réalité est encore un lac, en ce moment du moins: on plonge tous dans un bain thermal, 36°, pendant que Diego nous organise le petit déj! On approche du Chili, en traversant le ‘Désert de Dali’, avec ces grosses pierres qui lui donnent un aspect semlable aux paysages présents dans l’oeuvre du célèbre peintre espagnol. On commence à aperçevoir l’énorme (et splendide) volcan Licancabur, qui fait frontière avec le Chili. Au pied de celui-ci, un ultime lac, la ‘Laguna verde’, qui n’est malheureusement pas de couleur verte en cette saison. Pas grave, il y a encore de chouettes flamands roses qui s’y promènent.

A la frontière chilienne, on rejoint le bus qui va nous conduire a San Pedro de Atacama, au Chili donc. Mais avant, petit passage au poste bolivien de la ‘micración’: cool, on doit payer pour sortir de Bolivie…. Et puis, on salue nos compères, qui remontent tous à Uyuni, en leur lèguant nos dernières feuilles de coca, vu qu’elles sont prohibées au Chili. On sait qu’on reverra Adriana et Caio, le couple brésilien, à Sao Paulo avant d’embarquer pour l’Europe, et les autres, on restera tant que possible en contact avec eux, on a quand-même formé une belle équipe sympa durant ces trois jours.

Uyuni

08>10.02.2016

Dès la sortie de Potosi, on a senti qu’on passait encore une fois dans une “gamme” de paysages différents. Plus nus, plus déseriques, plus rocheux. En altitude sans pour autant se perdre dans les sommets et versants de hautes montagnes. C’est encore le type “Altiplano” (haut , voire très haut plateau Andin), qui nous rappelle un peu la route entre Arequipa et le Cañon de Colca. On y croise d’ailleurs les mêmes camélidés, lamas pour la plupart! Les couleurs de roches tendent de plus en plus vers le rouge, tout en s’associant au vert, au jaune et au brun pour former des dessins à “rayures” multicolores dans le flancs des montagnes. Le sable devient omniprésent, on s’approche d’Uyuni, cité touristiquement célèbre et incontournable étant donné qu’elle jouxte un immense désert de sel (le plus grand du monde), appelé “ El Salar de Uyuni”, résultant de l’assèchement d’un très ancien et gigantesque lac salé, ou bras de mer. On sait qu’on va voir des choses hors du commun, des étendues blanches et désertiques, et pour le moment, on sent quand-même déjà qu’on s’approche de quelque-chose de spécial.

Uyuni est une petite ville de 10.500 habitants, située à 3.670m d’altitude. Les alentours sont très secs, voire désertiques. La ville en soi n’a pas d’intérêt spécifique, mais elle a la particularité d’être extrêmement touristique pour sa (petite) taille. Un peu comme Copacabana, notre première destination en Bolivie, qui était truffée de touristes pour la plupart Argentins, Uyuni, notre destination de sortie du pays, voit déverser en ses rues et places un flot quotidien de touristes venus des quatre coins du monde, avec un proportion assez impressionnante d’Asiatiques, en grande partie Japonais ou Coréens!

Uyuni, c’est un peu l’extrémité sud de la Bolivie, mais pas tout à fait quand-même. Elle se situe à +/- 200-250 km des frontières avec le Chili et l’Argentine, mais sans qu’il y ait vraiment de communication routière facile, que ce soit en terme de qualité de route ou d’existence de moyens de transport. Et pour cause, cette zone comprend des sites naturels en tous genre (montagnes, volcans, désert), un parc national avec une faune exceptionnelle, des eaux naturellement chaudes et des geysers, etc…. C’est donc précisément ça qu’on va voir dans la région d’Uyuni, en plus de ce Salar, le plus grand du monde, et d’un cimetière de vieilles locomotives (à vapeur!), car Uyuni est aussi le plus important carrefour ferroviaire de Bolivie.

On ne s’attendait pas à ce foisonnement d’attractivité de la région, mais on l’a vite découvert en parcourant les agences qui organisent les visites du Salar, qui proposent également des tours plus achalandés, de plusieurs jours, jusqu’à la frontière Chilienne. Comme expliqué précédemment, le manque de possibilité de transport dans ces zones naturelles particulières ne nous permettra pas de voir le salar (ni le reste) en mode solo. Renseignements pris et calculs faits, le bon plan est de prendre un tour de 3 jours en 4×4, tout compris, et de se faire dropper au Chili, à San Pedro d’Atacama. On évite de multiplier les trajets (et les frais), en revenant a Uyuni alors que le tour passe par là où on veut aller (la frontière chilienne).

On trouve un bon plan dan une agence sympa et à bon (le meilleur?) prix, qu’un gars nous avait renseigné un peu par hasard en rue à Potosi. Avec nous, un couple de Brésiliens, et deux Coréens seront de la partie pour 3 jours. On sympathise avec les Brésiliens, Adriana et Caio, mais on ne croise pas encore les Coréens: on fera leur connaissance le jour du départ. Les Brésiliens nous tuyautent même un hostal un peu moins cher pour notre dernière nuit à Uyuni, et puis comme ils sont de Sao Paulo, là où on reprendra l’avion pour Bruxelles mi-mai, ils nous invitent à les retrouver chez eux avant de retourner vers notre vieux continent! Bien sympa et de bon augure pour notre petit trip nature en 4×4!

Par contre, juste avant de starter, j’ai bien “merdé”, involontairement, et sans m’en rendre compte bien-sûr… en oubliant/égarant ma batterie d’appareil photo dans la chambre de l’Alojamiento où on a passé la dernière nuit….. Bref. Le mal est fait, la batterie est perdue, et je n’aurai pas de solution immédiate… je serai donc dans l’impossibilité de “déclencher” à gogo pour immortaliser toutes ces merveilles que nous allons voir (plein les yeux!) trois jours durant. Un peu de pragmatisme et de bon sens me font vite relativiser la situation: c’est le genre de contexte où de toute façon, Agata et moi aurions pris grosso-modo les mêmes photos, et de toute façon, les siennes sont meilleures que les miennes!

Ouf, on va donc, pour les sujets qui suivent, le temps de trouver une solution, fonctionner de la manière suivante: nos deux textes, moi en Français, et Agata en Polonais, pour accompagner les seules photos d’Agata dans des sujets uniques.

>> Donc si vous voyez un titre un peu hybride avec du Polonais, ne prenez surtout pas peur, ne cédez pas à la panique; faites défiler un peu l’écran, vous trouverez la version Française quelque-part dans le sujet, probablement en plusieurs morceaux répartis selon les groupes de photos!! (ouf!) 😉

 

Potosi

04/08.02.2016

Potosi

Po Sucre nastał czas na Potosi, jedne z najwyżej położonych miast świata 4 090m n.p.m. By dojechać do Potosi niestety kolejny raz musieliśmy przedostać się przez dwa bloqueo, jedno zaraz za Sucre, drugie przed niezwykłym Potosi. Nad miastem dominuje majestatyczna “cerro rico” (bogata góra) 4825 m, która w swoim wnętrzu kryje największe złoża srebra na świecie! Wjeżdżając do miasta podziwiać je można w całej okazałości. Potosi w czasie swojej świetności w szesnastym i siedemnastym wieku było jednym z najszybciej rozwijających się, bogatych i dużych miast świata. W Europie znane było jako mistyczne miasto wszystkich bogactw, i nic w tym dziwnego, całe srebro wydobyte w minach Cerro Rico znajdowało swoją drogę do Hiszpanii.

Miasto:

W mieście karnawał trwa, dzieci, młodzież i dorośli oblewają się wodą, liczba latających balonów napełnionych wodą jest tak duża, że zapomnieć można o powrocie do hostelu suchą nogą. Mieszkańcy są bardzo sympatyczni, zaczepiają, zagadują i słono oblewają:) Potosi jest miastem pełnym urokliwych zaułków, mercados i ciężko pracujących ludzi.

06.02.2016

Cerro Rico

W ciemnych kopalniach „la montaña qui come hombres” (góra zjadająca mężczyzn) pracowali jedynie autochtoni i niewolnicy przywiezieni tu z krajów Afryki. Indianie pracowali na zasadzie prawa Mit’a, przymusowej pracy, każdy dorosły mężczyzna (od 16 roku życia) musiał pracować 4 miesiące dla konkwistadorów. Pracę wykonywano cały dzień i noc bez wychodzenia z kopalni, liście koki dawały większą odporność na zmęczenie i głód. Jednocześnie całe zaopatrzenie kupowane tylko u Hiszpanów zadłużało pracownika, w konsekwencji mężczyzna musiał odpracowywać swój dług, jeżeli umarł ta odpowiedzialność przechodziła na jego dzieci. Z prawem Mit’a Indiańskie społeczności traciły zdolnych do pracy w agrykulturze mężczyzn, a duża część ludności umierała z powodu chorób przywiezionych ze starego kontynentu, wiele rodzin zdecydowała się również na opuszczenie regionu Potosi by ustrzec się przed przymusową pracą. Wraz z brakiem męskiej siły roboczej lokalnym ludnością brakowało pożywienia, a głód szerzył się w całym regonie najbogatszego w srebro miasta świata. Od początku istnienia kopalń w Cerro Rico zmarło w nich ponad 8 milionów ludzi, a każdego tygodnia liczba ta rośnie o kolejnych kilku. Mieliśmy szczęście i znaleźliśmy biuro w którym cały personel to kilku byłych pracowników kopalń. Nasz miał 16 lat gdy zaczął pracować w kopalniach, można spotkać pracowników mających jedynie 13/14 lat. Warunki pracy są… żadne, nie ma wentylacji, tunele powstają w sposób dowolny, każdy może pójść i zacząć kopać, wysadzać, dynamit dostępny jest w małych sklepach górniczych w całym mieście. W efekcie w 2011 roku szczyt góry zapadł się, by zapobiec dalszym szkodą czubek pokryty został lekkim betonem, który utrzymuję górę w całości. Teraz rząd zakazał drążenia tuneli na dużej wysokości, i zapowiedział ograniczenia w wydobywaniu kruszcu, jednakże w mieście nie ma pracy, i pracownicy omijają przepisy drążąc w górę od środka góry, i pracując więcej godzin. W tunelach mieliśmy okazje zobaczyć jak wygląda praca górnika, bez tlenu, na wysokości, bez maski i światła mężczyźni umierają przed 50, jeżeli nie zginą w wypadku, lub choroby alkoholowej. Nasi przewodnicy mieli dużo szczęścia zmieniając zawód, teraz szykują dynamit byśmy mogli poczuć na własnej skórze co to jest wybuch w zamkniętym tunelu. Wyjście do Cerro Rico jest czymś co zmienia na całe życie.

07.02.2016 Szczyt Cerro Rico

Po jednodniowej wyprawie w głąb góry zjadającej mężczyzn postanowiliśmy zdobyć jej popękany szczyt. Colectivo zawiozło nas pod Cerro Rico a marsz zaczął się od zabudowań kopalni i rozsianych małych domków górników. Kolory góry są bardzo intensywne od żółci do czerwieni. Mieszkańcy patrzą na nas z zaciekawieniem, normalnie gringo nie przychodzą tu sami. Większość mężczyzn napotkanych na drodze jest pijana lub pije. Pracownik Cerro Rico na dzień spożywa 2 worki liści koki, w autobusie, mercado i centrum miasta poznać ich można po wypchanych polikach, natomiast w wolnym czasie…. jak i w pracy pije, pije dużo, pije mocny alkohol, pije… Po wejściu na ponad 4600 metrów zabudowania kończą się, wejścia do kopani robią się rzadsze, a podejście robi się trudniejsze. Widoki ze złamanego szczytu na miasto i kopalnie rozciągają się na każdą stronę. Kolory ochry, żółci i czerwieni dominują w krajobrazie.

Potosi, al pie de “la montaña que come hombres”…

04>08.02.2016

Je terminais donc mon précédent sujet sur le ton de l’impatience…. qui se vit rapidement “prolongée” au même rythme que notre inamovible “bloqueo routier”…. Nous avions eu des infos comme quoi les manifestants libéraient toutes les routes de Bolivie, à l’aube des très populaires fêtes de carnaval qui se tiennent dans tout le pays, et en particulier dans la ville d’Oruro, dont les cortèges et défilés rassemblent des foules massives venues de tout le pays. Et bien, il n’en fut rien, ou peu. Bien que pas mal de routes furent effectivement rendues à la circulation, la pression du Carnaval ne fut pas assez forte que pour celle qui nous concernait soient circulables: Sucre-Potosi, ainsi que Sucre-Oruro (entre-autres), sont restées sous l’emprise peu conciliante des manifestants-bloqueurs… Bref, il fallait encore faire avec, et comme nous étions enfin décidés à bouger, surmontés de nos “mochilas” (sac à dos), déjà au terminal de bus lorsque l’on apprit la nouvelle…. nous avons continué sur notre lancée en faisant avec les moyens du bord: au moins cher bien sûr, pour éviter les abus ô combien mercantiles des profiteurs qui raffolent de ce genre de situation pour multiplier leurs prix de manière honteusement démesurée face au désarroi de (pauvres) gens pris entre le marteau et l’enclume, otages de “manifestants immobiles” qui se dorent la pilule au soleil ou à l’ombre de leur camion (sauvagement) stationné… Donc on a pris le taxi le plus cheap (une vieille Toyot’, pour ne pas changer, avec une direction bricolée pour transformer une conduite à droite “à l’Anglaise” en conduite à gauche version “minimale”… le tableau de bord – non fonctionnel – et tout ce qui va avec étant restés… à droite…. ce qui est assez encombrant si on a ma taille et qu’on veut glisser son sac entre ses jambes…). Ce taxi, qui prenait au passage d’autres personnes (donc ce n’est pas tout à fait un taxi, mais un système plus économique), nous dépose donc au blocage routier, que l’on traverse à pied, pour reprendre un bus par la suite, vers Potosi. Une bonne heure sous le soleil, sac au dos, entre les camions (un petit air de déjà vu… hum hum…). On recroise des camions belges, du fin fond des Flandres, pour ne pas changer, dont un avec encore une de “nos” si chères plaques à caractères rouges sur fond blanc, “ oubliée” sur le pare-choc avant! Pas de bol, à l’approche de Potosi, après quelques heures de route, le bus qu’on a pris après le blocage se voit contraint de s’arrêter face à un…. blocage! Ben oui, si on bloque une sortie/entrée de ville…. y’a pas de raison de ne pas faire la même chose à l’autre bout de la route, à l’entrée/sortie de la ville suivante…. Rebelote, on traverse à pied (mais beaucoup plus court cette fois), et on prend un ultime (et court) bus qui nous dépose finalement à Potosi!

 

On a donc enfin l’occasion de découvrir cette ville, cette “Ciudad imperial”, qui s’érigea sous la domination coloniale de la couronne espagnole. Du haut de ses 4.070 m d’altitude, cette ville de 165.000 habitants est une des plus hautes du monde. Elle eut ses heures de gloire ainsi qu’une importance économique considérable grace à ses ressources naturelles. La montagne qui la domine, culminant à 4.824m, contient les plus importants gisements de minerai d’argent au monde, ainsi que des gisements d’étain, de plomb et de zinc. D’où son nom, “Cerro Rico”, qui signifie “la colline riche”. Tout comme Sucre, Potosi s’est construite sur base de cette richesse (qui par ailleurs influenca l’économie européenne via l’Espagne qui récupérait l’ensemble des royalties). On y trouve donc nombre d’édifices remarquables, qui forment, montagne du Cerro Rico incluse, un ensemble classé au patrimoine mondial par l’UNESCO. Malheureusement, celui-ci est aujourd’hui menacé, la montagne étant en état d’instabilité (et d’effondrement partiel), compte-tenu des nombreuses galeries de mines qui la percent de part en part tel un gigantesque gruyère!

Potosi nous est apparue très tranquille, très agréable, très sympathique, avec beaucoup de caractère, ce Cerro Rico dominant continuellement en arrière-plan, avec ses jolies couleurs rouge-brun. Un véritable coup de coeur pour la partie bolivienne de notre voyage! On ne sentait pas du tout ces rudes difficultés sociales, souvent porteuses de mouvement de tensions, liés au manque de travail et au peu de possibilités dans la région… Seules les mines en déclin font tourner l’économie locale, et le gouvernement ne fait rien pour amorcer quelque-chose de nouveau….

 

Je ne peux décidément pas  m’en empêcher… encore des photos de “Mercados” (2 différents ici), bien colorés et bien sympas. Rassurez-vous: si je mets encore beaucoup de photos, j’arrive grosso-modo à diminuer le commentaire (mais juste pour les sujets “mercados” hein)! 😉

 

Minas del Cerro Rico

06.02.2016

On a fait une visite guidée des mines du Cerro Rico (par des Ex-mineros). On a appris pas mal de choses sur les conditions et méthodes de travail, sur l’esprit du lieu, etc. On a vu des galeries, des travailleurs, le processus de séparation des minerais, on a senti le souffle de l’explosif, on a vu les enfants du Cerro Rico, à l’affût des touristes pour leur vendre quelques cailloux….

Il y a un côté un peu mystique dans cette montagne, de par sa stature imposante et son statut de “pourvoyeur de fonds” vis-à-vis de la ville de Potosi. Les mineurs ont d’ailleurs leur Dieu (des mineurs) du Cerro Rico: “El Tio” (l’oncle), tant le travail y est rude et dangereux. Il lui font de régulières offrandes et s’adressent à lui de manière rituelle afin d’invoquer sa protection et sa bienveillance, et qu’il fasse en sorte que le travail soit fructueux. On raconte que depuis le début de l’exploitation des minerais d’argent, étain, cuivre et zinc, 8 millions de mineurs seraient morts dans les galeries minières de cette seule montagne. Et pas seulement sous les conditions esclavagistes des colons espagnols… il y a toujours plusieurs victimes chaque semaine actuellement, tant le travail s’effectue de manière peu sécurisée et anarchique. Cela a d’ailleurs a valu un second surnom à la montagne: “la montaña que come hombres” (la montagne qui mange les hommes…). Effondrements, étouffements, silicose, inhalations chimiques, manipulaton d’explosifs, etc…. les causes de mortalité sont nombreuses et réduisent considérablement l’espérance de vie des mineurs, qui continuent à y travailler par milliers chaque jour. La montagne est percée de part en part par des centaines de galeries de mines, au point qu’elle risque de s’effondrer. Les dernier(e)s (centaines de) mètres vers le sommet sont interdites d’exploitaton, vu que celui-ci (le sommet) s’est en partie affaissé il y a plusieurs années. Cependant, les mineurs continuent à creuser, parfois toujours vers le sommet, motivés par la quête de cette légendaire veine chargée d’argent qui se trouverait quelque-part dans la montagne, à défaut de jouir d’autres perspectives professionnelles qui les mèneraient vers un travail plus acceptable, et plus sécurisant pour eux et leurs familles. Potosi est étroitement et éternellement liée au Cerro Rico, et aujourd’hui, le déclin de l’un entraine inévitablement le déclin de l’autre…. L’avenir est restreint; les mines du Cerro Rico, seule activité économique qui fait aujourd’hui exister Potosi, continuent à tourner, mais leur vrai potentiel est déjà derrière elles, et seuls les vains espoirs nostalgiques d’un retour impossible à une grandeur appartenant désormais (et depuis longtemps) au passé, nourrissent la volonté des mineurs de se laisser chaque matin engloutir par les sombres galeries “intestines” de la “Montagne qui mange les hommes”….

Ascensión del Cerro Rico

07.02.2016

Le lendemain, on est monté jusqu’au sommet. Quelques 700m de dénivelé, avec le soleil, les pierres rouges, et une vue sur la ville de plus en plus impressionnante au fur et à mesure de l’ascension. Tout au long, on a croisé des entrées de mines, des baraquements d’exploitations, avec des habitations… gardées par des chiens qui, parfois, nous signifiaient quie l’on était pas tout à fait les bienvenus sur leur territoire. Si Agata parvenait à garder son sang froid, ce ne fut pas mon cas. Moins à l’aise qu’elle avec le meilleur ami de l’homme, d’autant plus lorsqu’il fonce sur nous en meute en aboyant de toute part. Dans ce cas, mes meilleurs amis sont plutôt la fuite rapide et le contournement (très anticipatif) d’obstacle! 😉

Une fois en haut, spectacle époustouflant au rendez-vous: vues plongeantes vertigineuses sur Potosi, dignes de celles des hauteurs de la Paz, mais également sur les alentours, semi désertiques, ainsi que sur les installations minières, qui pourraient avoir un esprit un peu “lunaire” compte-tenu le cocktail installations techniques/flanc de montagne nu exploité. On a vu des tas de gravillons et des coulées de béton (allégé) au sommet. C’est après être redescendus qu’on a lu qu’il s’agissait de dispositifs de renforcement du sommet qui s’est affaissé il y quelques années. On était donc, aussi bien lors de la visite des mines que lors de la montée, un peu comme les mineurs locaux: c’est-à-dire relativement inconscients (ou non-conscisnts) du danger!

Il s’agit (probablement), du point le plus haut que nous avons atteint jusqu’à présent, Agata et moi (et c’est un sommet!); non seulement durant ce voyage, mais aussi dans l’absolu! Une incertitude demeure cependant sur l’altitude exacte: les infos trouvées sur internet renseignent deux altitudes différentes: 4.825m, et 4.782m. 43 bons mètres de différence donc, qui pourraient éventuellement s’expliquer par l’affaissement du sommet (mais ça me semble quand-même beaucoup!). Alors, dans le doute, on va s’en tenir à l’altitude renseignée là-haut, peinte sur un bout de muret et devant laquelle on a posé pour faire les malins: 4.825m, comme ça, on pourra dire qu’on a dépassé les 4.807m du Mont Blanc! 😉

 

On était à Potosi durant les fêtes de Carnaval, le vrai week-end où ont normalement lieu les moments forts! Et bien, ce fut assez calme, on comprend donc bien que tout se passe à Oruro, et que les autres lieux, autres villes, sont plus “accessoires”. Ceci dit, de ce qu’on a vu, l’ambiance était plutôt sympa et bon-enfant. Les ballons d’eau et autres fusils à pompe (à eau!) étaient au rendez-vous, comme a Sucre, mais dans une atmosphère plus sympa, plus familiale. On a même pris du plaisir à se faire asperger d’eau et de mousse par les (parfois très petits) enfants, qui raffolent forcément de s’attaquer (gentilment) à un couple de “Gringos”, d’autant plus lorsqu’ils peuvent les surprendre alors qu’ils sirotent un glace à l’eau sur un banc public au soleil de la place principale!

Sucre, una (otra) Ciudad Blanca (la de Bolivia)!

31.01>04.02.2016

Capital constitucional de Bolivia

Nous voilà donc pour quelques jours à Sucre, la “seconde” capitale de Bolivie, appelée la “Capital constitucional de Bolivia”, ou encore la “Ciudad Blanca” (la Ville Blanche). Sucre si situe à une altitude de 2.780m, et compte une peu plus de 250.000 habitants.

Alors, pour la première appellation, il faut savoir que durant la période coloniale espagnole, Sucre disposait déjà d’un statut important, comme Chef-lieu d’un territoire couvrant une partie des actuels Bolivie, Pérou, Chili, Argentine et Paraguay. La région disposait de pas mal de ressources et de richesses en raison, notamment, de l’existence d’importantes mines de minerais, dont en grande partie, du minerai d’argent, dans la proche ville de Potosi. Par la suite, lors de l’indépendance de la Bolivie, elle en devient la capitale. C’est à ce moment qu’elle prend le nom de Sucre, en l’honneur du maréchal Antonio José de Sucre, camarade d’armes du libérateur Simón Bolívar. Ce dernier, victorieux à Ayacucho pour l’indépendance de la Bolivie, de la Colombie, de l’Équateur, du Pérou et du Venezuela (vous vous rappelez, le champs de bataille que l’on a visité à Ayacucho: voir sujet Ayacucho), à quant à lui donné son nom à la Bolivie. Par la suite, en raison, notamment, du déclin économique de Potosi, c’est La Paz qui a pris le dessus et le siège du gouvernment y a été transféré. Sucre n’est donc plus que la capitale constitutionnelle de la Bolivie, et abrite le siège de la Cour Suprême.

Sa seconde appellation, “Ciudad Blanca”, nous rappelle forcément Aréquipa, au Pérou, qui a le même surnom! Sucre comprend nombre d’édifices de style, tous de ton blanc (mais dans ce cas-ci, c’est de le peinture/enduit, et non la couleur de la pierre). Ceci témoigne non-seulement de sa richesse et sa grandeur passée, mais lui confère aussi un style et une âme qui l’ont élevée au rang de ville inscrite au patrimoine de l’UNESCO.

Alors les photos valent mieux qu’un long discours… même si la grisaille fut souvent au rendez-vous, et que Sucre nous a moins marqués qu’Arequipa, on a eu de quoi lever les yeux et admirer de beaux ensembles et de belles façades presqu’à chaque coin de rue. Petits détails amusants: on a retrouvé quelques éléments présentant un petit air de “déjà vu” dans nos contrées européennes… une sorte de mini-tour Eifel au milieu du parc principal, un blason orné de l’aigle à deux têtes (type Slave, que l’on retrouvera d’ailleurs plus tard à Potosi) coiffant le sommet d’une colonne monumentale….

 

Encore une fois, j’ai particulièrement apprécié le “Mercado Central”, à l’architecture originale.

 

On a également visité le cimetière, de style moins “exhubérant” que celui de Cochabamba, mais qui constitue un “parc” de style, bien dessiné et bien équilibré.

 

On est encore monté sur un “mirador” urbain, mais pour une fois, bien que l’endroit soit très agréable, il n’est pas très haut et n’offre que quelques maigres point de vues sur la ville… alors que l’on avait l’habitude, quasi partout ailleurs, de dominer villes, quartier et édifices de manière plutôt époustouflante!

Sucre, ce fut aussi la ville de nos emm…es…. Le “bloqueo”, ou blocage routier qui nous avait posé quelques soucis pour arriver en ville ne s’est pas rapidement solutionné, et nous a forcé à rester deux jours de plus que prévu… dans l’attente, on aura pu apercevoir quelques cortèges (assez désordonnés) de Carnaval, et constater qu’à cette occasion (le Carnaval), les gens (et les jeunes en particulier), s’amusent à se lancer des ballons d’eaux et à s’asperger…. bien entendu, on a également fait un peu les frais de cette “coutume locale”. 😉

Autre couac survenu dans la Ciudad Blanca: disparition de quelques billets verts à l’intérieur même de notre chambre d’hostal, pourtant fermée à clé! Bref, on a beau prendre un max de précaution, on n’élimine pas totalement les risques…. Nous étions quand-même impatients de rejoindre Potosi!

 

Vers Sucre, via Aiquile

30>31.01.2016

Pour aller à Sucre, la Seconde capitale de Bolivie (plus officiellement, la Capitale Constitutionnelle) depuis Villa Tunari, nous avions deux possibilités de transport. La première, que nous pressentions à la base, étant de repartir à Cochabamba en bus, et de là, reprendre un bus de nuit vers Sucre. Total: 6h + 11h de bus, + la transition pour le changement. Dans le petit terminal de Villa Tunari, on nous a proposé de passer par Aiquile: 7h en minibus, puis 3 heures de bus jusqu Sucre, à prix équivelent. On a pris la seconde option, plus courte en heures de bus, évitant le trajet de niuit, plus confortable, et nous permettant de voir un peu d’autres coins et paysages. On ne sait juste pas quand on pourra avoir la correspondance, donc on s’attend à dormir à Aiquile.

Pour une (rare) fois, on a le luxe de se retrouver dans un minibus de 9 places, et de n’être que 6! Confort absolu donc, d’autant que le chauffeur est sympa et conduit très bien! On voit une dernière fois les échoppes de bord de route abondamment chargées en bananes… on quitte peu à peu la Selva vers d’autres paysages, que l’on a tout le loisir d’admirer chacun par notre propre fenêtre! Certains nous inspirent l’Afrique: collines de terre rougeâtre clairsemées d’arbres “tortueux” petits formats…

Aiquile est une toute petite ville de 7.4oo habitants, située à 2.258m d’altitude. On l’apprendra plus tard, mais elle a la réputation de fabriquer les meilleurs charangos du pays. Il s’agit d’un instrument national, de type guitare mini-format, que l’on retrouve d’ailleurs en sculpture monumentale sur la Plaza de Armas, en plein centre ville. Aiquile nous fait une très bonne impression, que l’on a pas beaucoup eu l’occasion de ressentir en Bolivie: ville à la fois propre, accueillante, tranquille et souriante. Vu qu’on devra finalement attendre le lendemain pour prendre le second bus pour Sucre, on trouve (et c’est une première également en Bolivie) un hostal du même accabi: propre, accueillant, bon marché et bien tenu, dont les patrons sont hyper-sympas et professionnels!

Le soir, on tombe sur les groupes de carnaval qui répètent danse & musique en pleine rue, avant de se rendre, la semaine suivante, au grand Carnaval d’Oruro. Petite foule de quartier, musique vivante, ambiance agréable… ce soir les comités vont élire (dans un autre lieu) la danseuse qui sera la “chef de file” pour la ville d’Aiquile à Oruro pour cette année.

Le lendemain, après un petit tour au marché, on se rend en bus à Sucre. Encore une fois, de magnifiques paysages sont au rendez-vous, certains étant un peu similaire à ceux de la veille. Par contre, grosse surprise, à laquelle il fallait s’attendre en Bolivie (on l’avait lu sur des blogs et des sites gouvernementaux sur les particularités des pays visités): blocage routier sauvage, au milieu de nulle part. Le bus n’ira pas plus loin, il n’y a pas de route alternative, nous voilà contraints de prendre nos sacs sur le dos et de continuer à pied pour traverser le barrage. Il y a, semble-t-il, possibilité de retrouver du transport de l’autre côté du barrage pour rallier Sucre. On longe donc, pendant une bonne heure et demie, cette route en travers de laquelle se succèdent des centaines de camions sur plusieurs kilomètres. Quand les Boliviens provoquent des blocages, ils ne font pas les choses à moitié. Certains camions, en provenance d’Europe, circulent toujours avec des plaques d’immatriculations européennes, à priori non reconnues ici (quand ils sne circulent pas sans plaques du tout!). Ils n’ont donc probablement pas pris la peine d’enlever les anciennes plaques au moment du rachat des véhicules. On tombe donc sur pas mal de plaques françaises, hollandaises, … et même une polonaise! Pas de plaques belges, mais tout de mêmes quelques cabines a l’effigie d’entreprises venues de quelque-part du fin fond des Flandres. Assez amusant et de quoi combler notre curiosité durant cette marche inattendue. Une fois le barrage dépassé, on fait la connaissance de deux jeunes filles qui nous aident à prendre un transport/taxi avec elles sans qu’on se fasse arnaquer sur le prix. Au passage, elles nous expliquent grosso-modo le pourquoi du blocage routier, dont elles ont participé à la mise en oeuvre: le gouvernement prévoit une augmentation des taxes pour les transporteurs… ce qui ne leur plaît guère! Du coup, blocage des routes principales (on apprendra plus tard que c’est dans tout le pays), jusqu’à obtention de gain de cause, ou d’un accord…. A l’approche des grandes fêtes de Carnaval un peu partout, et notamment celle d’Oruro qui mobilise et concentre plein de monde de tout le pays, ça promet! On se retrouve donc à 6 à l’arrière d’un pick-up qui transporte déjà 5 personnes dans sa cabine. Pluie, vent, jambes inconfortablement recroquevillées entre nos sacs à dos, et fesses trempant dans des flaques du fond du bac du pick-up…la dernière demie-heure de trajet pour arriver à Sucre restera sans aucun doute dans nos mémoires pour encore pas mal de temps…

Cochabamba

24/27.01.2016

Cochabamba to miasto położone jakieś 7/8 godzin drogi od La Paz. Kobiety tutaj noszą krótkie spódnice lub szorty a mężczyźni krótkie spodenki. Miasto jest czyste, spokojne i raczej należy do bogatych, jednak w Boliwii tak jak i w Peru wszystko zależy od miejsca i godziny, może być słonecznie i przyjaźnie albo mniej gościnnie. Cochabamba jest czwartym co do wielkości miastem Boliwii i znajduje się w centralnej części kraju. Miasto bardzo dobrze prosperuje utrzymując się głównie z agrykultury, jest to miasto wiecznej wiosny, pogoda zawsze jest wspaniała co pozwala na uprawę ziemi przez cały rok.

Zamieszkaliśmy w quarto sympatycznego i inteligentnego Javiera. Javier gracias por todo! Nasz host tak jak wiele mieszkańców miast Boliwii mieszka w małym quarto (quarto to osobny sześcian z wyjściem na ogród) kuchnia ograniczona jest do kilku palników, toaleta i bieżąca woda są dzielone między wszystkimi mieszkańcami domostwa. Na pewno nasze wrażenia z Cochabamby nie były by te same gdyby nie nasz couchsurfingowy host.

W Boliwii brakuje wody bieżącej i pitnej co szczególnie dotyczy Cochabamby, cały system wodociągowy został sprywatyzowany w 1999/2000 roku, decyzja ta wywołała protesty ludności miasta które zdołały zatrzymać prywatyzację. Niektóre rodziny jednak dalej nie mają dostępu do wody. Nawet na samym placu Colon można spotkać dużo rodzin myjących się w fontannach, dzieci szczotkują sobie zęby brudną, stojącą w nich wodą. Edukacja w Boliwii jest darmowa, równocześnie jest to jedyny kraj który otwarcie legalizuje pracę dzieci. Poziom edukacji jest bardzo niski, i wiele osób nie umie czytać, pisać i liczyć. Bardzo często spotyka się się pracujące małe dzieci (niektóre w okolicy 6 lat). Jednocześnie na każdym kroku widać zmiany, jest to kraj bardzo młodej demokracji który przeszedł niezwykłą drogę rozwoju, i posiada ogromny potencjał.

25.01.2016 Chrystus

27.01.2016 przygotowania do karnawału

Villa Tunari, retour à la Selva

28>30.01.2016

Donc retour à la Selva avec la petite localité de Villa Tunari, 4.000 habitants, climat tropical chaud et humide, on y produit quantité de bananes et… de plantes de coca!

Effectivement, le climat est humide: on est accueilli par une pluie diluvienne et un ciel gris, ce qui n’est pas sans nous rappeler notre arrivée à Oxapampa, lorsque nous avions parcouru la selva péruvienne. Sauf que Villa Tunari est moins “sexy” qu’Oxapampa. Le village est un peu bof bof, pas trop aménagé et pas super agréable pour une localité qui se veut être touristique… Il y a des possibilités pour diverses activités sportives, aquatiques ou forestières (ben oui, on est dans la selva, et il y a deux larges rivières sinueuses à fort débit qui se croisent tout près). Mais bon, ce n’est pas ce genre de tourisme qu’on vise à priori, donc on regarde plutôt du côté des parcs naturels, animaliers, etc…. Entretemps, on trouve l’Alojamiento (hostal) adéquat, sans fenêtres closes (sans vitrage donc), car il fait vraiment chaud (lourd) malgré le temps pluvieux, mais juste des châssis équipés de moustiquaires… une nouveauté pour nous!

Finalement, compte-tenu du temps pluvieux, et des difficultés de déplacements (il faut prendre des transports/taxis pour chaque activité, car rien n’est tout près, et des prix d’entrées élevés (zone touristique oblige…), on décide de ne pas rester longtemps, et de se limiter à l’unique visite du Parque La Hormiga, où l’on peut visiter une portion de forêt locale avec toutes ses plantes, arbres, fleurs, et quelques animaux indigènes!

A la sortie du taxi, il nous reste 800m pour arriver à l’entrée du Parque La Hormiga. On apercoit directement, pour la première fois depuiis notre séjour, une dame entrain de faire sécher des feuilles de coca, et de les remuer pour les retourner, etc…. La production de coca est forcément réglementée et limitée, pour l’usage autorisé, qui est plutôt médicinal, pour infusions, ou pour simplement mâchouiller des feuilles séchées tel qu’on l’a fait pour favoriser notre respiration en altitude. A côté de ça, il doit y avoir pas mal de productions non-autorisées dans le coin, destinées au commerce de la cocaïne. L’état tente donc de réglementer, mais gentilment car une des forces économiques du pays reste le commerce de la cocaïne, en toute illégalité (tolérée?) donc…

Bref, on se dirige vers le parc et une fois presqu’arrivés, on voit sortir des buissons deux animaux étranges, au format assimilable a celui de chats, mais bien qu’avec une queue dressée +/- à l’identique, leur faciès est bien différent. Ceci dit, ils ne sont pas effrayés par les humains. On commence aussi à voir des fleurs colorées: le ton est donné. On voit pas mal d’arbres et plantes similaires à ceux vus à Oxapampa, mais on sent qu’on est dans une selva différente. Une altitude probablement plus basse (je n’ai pas les chiffres), un relief plus plane (il y a donc plus de stagnation d’eau, etc…), et un climat à priori à la fois plus chaud et plus humide ici. Entrée au parc; on se rendra compte à la sortie qu’on nous a probablement majoré le prix d’entrée à la hausse, vu nos tronches de “Gringos”… no comment… Par contre, une fois dedans, on en a pour notre argent (allez, on va dire y compris majoration!). Encore une fois, les arbres et plantes sont impressionnants, les racines sont multiples, parfois externes, parfois rampantes…. On a l’occasion de voir une plantation autorisée de coca, un arbre à canelle, un à cacao, un à caoutchouc, etc….

 

On croise quelques animaux (parfois dangereux, et heureusement dans des enclos!) tels que tortues, crocodiles, boas, petits mammifères divers et splendides aras jaune et bleu!

Au niveau floraison aussi, le spectacle est au rendez-vous: festival de formes et de couleurs, avec des spécimens biens connus chez nous, mais uniquement en serres, en bouquets ou en pots!

Finalement, le richesse et la beauté de ce parc et de cette nature redorent le côté un peu morose de la localité de Villa Tunari!

Avant de la quitter, arrive à notre alojamiento une famille accompagnée d’un petit singe domestique, d’une espèce indigène, assez sympa et impressionnante à voir, cette petite bêbête! Malheureusement, je n’ai pas pu prendre de bonnes photos, l’agile bête étant trop rapide pour mon (lent) appareil… et donc floue…