Salta

Ruta desde La Rioja hasta Salta

10>11.04.2016

On reprend notre périple vers le nord, direction Salta. Une ville dont on a souvent entendu parler, que les Argentins rencontrés lors de notre voyage nous ont toujours chaudement recommandée, argumentant d’un style différent, une ambiance proche des villes péruviennes ou boliviennes, et bien meilleure marché que les grandes métropoles ou le sud du pays. Pour ne rien changer, on se met en marche au petit matin en levant le pouce. Une petite marche à pied nous aura permis de rejoindre le point de départ adéquat, directement sur la route vers le nord. Pas de bol, on est dimanche, peu de gens sur les routes, et on a 700 km à parcourir. On s’attend donc à faire ça en deux jours. Le temps est relativement nuageux, voire puvieux, espérons que cela change… on est quand-même en Argentine (bor..l), et le climat me fait un peu penser à mon pays! 😉 Ceci-dit, les paysages sont beaux, assez sauvages et planes, et nos chauffeurs nous permettent de temps en temps un arrêt pour profiter d’un beau point de vue. A mi-distance, fin de la première journée, la nuit est tombante, on s’arrête à Famaillá, dans la province de Tucumán. On est à la sortie d’une petite ville, le gars qui nous a déposé nous signale qu’il repart le lendemain dans la direction qui nous arrange, pour la ville de San Miguel de Tucumán, à une quarantaine de km au nord. On nous signale la présence de logements touristiques pas cher, type cabañas (cabanes). On a eu du mal à trouver. On a d’abord frappé à la porte d’un vieux gars croyant que c’étail là, dans le noir. Ambiance un peu spéc… mais il nous a bien informé que c’était juste à côté. Le prix (différent de ce qu’on nous avait annoncé) était trop élevé pour notre budget, mais les tenanciers ont accepté de nous laisser planter la tente dans leur propriété (un sous-bois), gratos!

Le lendemain, le temps de plier la tente bien mouillée, etc… on loupe le passage du gars de la veille. Donc on prend un peu plus de temps à redémarrer. On arrive finalement assez facilement et raisonnablement à Salta Capital après une succession de quelques chauffeurs.

Salta Capital

11>14.04.2016

Salta est la capitale de la province du même nom. Elle se situe à 1.187m d’altitude (on remonte un peu) et compte 535.000 habitants. A peine arrivé, on repère le camping minucipal où on pose la tente pour 3 nuits. Il s’agit d’un ancien centre de loisirs avec un énooorme bassin (presqu’un lac artiviciel), mais il est vide. On n’en voit que le béton, ce qui donne une athmosphère assez particulière, mais sympa. Mon oeil furtif aperçoit même de loin, dans ce camping, un mobilhome immatriculé en lettrage rouge sur fond blanc. Bingo, un véhicule belge a franchi l’Atlantique pour se promener dans les parages. Je dis juste véhicule car n’ayant pas eu l’occasion de rencontrer les gens, j’ai juste entendu parler, via d’autres campeurs, d’un couple Hollando-allemand vivant en Belgique.

Tant que je suis dans les quatre roues, voici l’occasion de vous parler des vieilles bagnoles aperçues en Argentine, depuis Mendoza déjà. Apparement, les Argentins (en froid avec les USA) sont friands de voitures européennes. On y voit un tas de Peugeot, VW, Fiat et Renault (entre-autres), alors qu’au Pérou, on ne voyait que des Toyotas, et au Chili, pas mal de véhicules US. La seule différence, est qu’en Argentine, on voit de très très vieux modèles, dans un état parfois nickel (il y a pas mal de ‘fans’ qui refont tout nickel, d’origine): en majorité, des Peugeaot 504 et des Renault 12, y compris le modèle break de mon enfance, celui que mes parents possédaient à ma naissance, la première bagnole dans laquelle j’ai posé mes fesses dès 1980! 😉 Bref, vous en verrez quelques photos tant elles ont attiré mon attention à chaque coin de rue!

Pour ce qui est de la ville en elle-même: superbe. Effectivement un petit air de Pérou et de Bolivie (on n’est pas si loin de cette dernière). Une magnifique ‘Plaza de armas’ (qui ici s’appelle Plaza 9 De Julio, car on est en Argentine, mais j’ai quand-même envie d’utiliser l’appellation péruvienne, tant on s’y croirait), de superbes églises dont certaines très (excessivement?) colorées, des bâtiments de style colonial faisant penser à Sucré ou Arequipa, et un marché à l’ambiance particulièrement andine, avec des prix, des menus et des articles de tourisme quasi-péruviens. Même les gens on la physionomie particulièrement andine. Ca nous a fait grand plaisir de retrouver cette ambiance que nous avions quittée depuis deux bons mois déjà, lorsque nous franchissions la frontière du Chili! Ah oui, et encore ces arbres au tronc ‘bulbeux’, ces ‘Palos borrachos’ découvers à La Rioja! On a fait la sympathique conaissance avec Pablo, au camping. On a bien discuté avec lui, qui voyage à travers l’Argentine et au-delà pour trouver du boulot, et on a partagé la maté à plusieurs reprises. Vu qu’on en avait acheté pas mal au marché, aussi bien pour ramener en cadeaux à nos famille que pour notre usage personnel, il nous a bien expliqué comment le servir, etc…

Le dernier jour, on a pris un peu de hauteur en gravissant le ‘mirador’, au sommet d’une des nombreuses collines alentours, dont le téléphérique (qu’on a pas pris) n’est pas sans nous rappeler nos souvenirs de La Paz! Verdict: vue superbe et lointaine… décidément, on aura retrouvé un peu de Bolivie et de Pérou à chaque endroit de cette superbe ville argentine!

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s