La Rioja, una etapa hasta el norte argentino

05>10.04.2016

On quitte donc Mendoza pour rejoindre le nord-ouest de l’Argentine, dont on a entendu beaucoup de bien. Nos destinations sont les provinces de Salta et de Jujuy. La première, pour sa ville-capitale du même nom (Salta), la seconde pour ses paysages de montagnes colorées (vallée des 7 couleurs, des 14 couleurs, etc..). Marcos nous accompagne jusqu’au bus qui va nous déposer à un endroit en sortie de ville, qu’il a identifié comme ‘stratégique’ pour faire de l’autostop. En effet, on est vite pris par un premier chauffeur, prénomé Jonathan, qui nous dépose quelque-part sur l’itinéraire, avec déjà quelques bons 150km derrière nous. On s’est déjà éloigné de la cordillère, les paysages sont plats et agricoles, ou un peu désertiques par moments, et on ne voit que de ‘petites’ montagnes en fond d’horizon. Il y a deux routes principales qui mènent au nord: la 40 à l’ouest et la 10 + 38 à l’est. La 40 est peu utilisée car plus montagneuse et dangereuse, et la 38 ne se rejoint pas très facilement, via un parcours pas très direct et finalement peu fréquenté. On a d’abord cru que Jonathan nous avait lâchés sur la mauvaise route, puis on a compris qu’il n’en était rien, et que le passage vers la 38 est vraiment compliqué. Sur carte, ça parait simple, mais sur place, on se sent à 1000 lieues des grands axes…. Bref, après ce premier chauffeur, on a péniblement avancé de quelques km avec l’un ou l’autre, puis on a eu la chance de tomber sur un routier bolivien, qui nous a déposés en fin d’aprèm dans une toute petite ville, nommée Chepes. Là, soirée catastrophe: pluie, et vraiment personne sur la route. Nous n’étions même pas tout à fait sur de la route à prendre (la configuration des lieux était une peu bizarre…). Bref, voyant la nuit tomber, on s’est résignés à chercher un autre moyen de transport. Coup de bol, la ville est suffisament grande que pour avoir un terminal de bus. Il faudra cependant attendre 23h avant de pouvoir en prendre un à destination de La Rioja, la ville où notre couchsurfer Emmanuel nous attend. Vu le temps pluvieux et la faible probabilité de trouver un lieu pour planter la tente dans cette ville, on décide de prendre le bus et de confirmer notre venue pour le soir-même (la nuit…) à notre hôte. Il accepte de nous attendre jusque 2h du mat’ (on apprendra après qu’il vit très tard, donc in fine: no problemo!). On poireaute donc quelques heures dans une pompe à essence (où on a décidé d’acheter une carte d’Argentine! 😉 ) avant de prendre ce premier bus (de voyage) depuis la Bolivie, après plusieurs semaines en autostop continu au Chili et en Argentine.

Emmanuel nous reçoit donc chez lui aux petites heures, avec Martin, un autre couchsurfer qu’il reçevait en même-temps, qui lui, voyageait (et voyage toujours au moment où j’écris ces lignes) en vélo! On a passé de bons moments avec ces deux Argentins super sympas, on en a profité pour prendre du repos et aller à l’hôpital pour assurer le suivi du doigt cassé d’Agata. On a d’abord tenté, sur conseil d’Emmanuel, la filière d’hôpitaux publics, gratuits, où Agata a tout de suite pu faire une radio. Mais l’atmosphère vieillote et un peu je m’en-foutiste lui a rappelé les mauvais côtés des hôpitaux publics polonais. Si on ajoute à ça les chiens dans les couloirs…. on a vite filé vers une clinique privée pour la consulation et le diagnostic le lendemain!

La Rioja est une petite ville de près de 150.000 habitants. Pas très attractive ni courue à priori. Emmanuel se demandait un peu ce qu’on faisait là, comme si on n’avait rien trouvé de mieux à faire… On avait vu, avant de choisir cet endroit pour escale, des sites naturels assez intéressants, mais une fois sur place, on a appris que sans voiture, il n’y a aucun moyen pour y accéder, et qu’ils sont très éloignés de la ville. En Argentine, les provinces ont souvent les noms de leurs villes capitales. Mais les Argentins utilisent ce nom surtour pour désigner la province, et précisent -capitale quand il s’agit de la ville (La Rioja capitale dans ce cas-ci). Bref, pas mal de confusions sont possibles du coup… car on ne savait pas avant cela! 😉 Ces sites naturels à La Rioja, étaient en fait à près de 100km de La Rioja-Capitale, qu’on avait si péniblement rejointe…

Sinon notre petite balade en ville nous a quand-même permis d’assister à un défilé de police assez sympa, on a passé du temps dans un chouette parc avec Martin et Emmanuel, où on a eu beaucoup de mal à se détacher d’un sympathique et jeune chien qui nous suivait! (On lui a surtout empêché de se faire écraser par des bagnoles, dans le noir sur la grand-route, à ce jeune inconscient!). On a découvert ces arbres tout bizarres, avec un tronc formant une sorte de ‘panse’, les ‘Palos borrachos’. Et puis Emmanuel nous a fait découvrir ses délicieuses empanadas maison! Je ne parle pas beaucoup nourriture dans ce blog, mais il faut savoir que l’empanada est une spécialité d’Amérique du Sud, que l’on a retrouvé dans tous les pays visités. Au Pérou, c’est loin d’être le top, mais au plus on descend, au plus les saveurs sont riches! Donc c’est au Chili et en Argentine que l’on a dégusté les meilleures. Il s’agit de ppéparations passées à la friture, à base d’une pâte fourrée de diverses mets (viande, poulet, fruits de mer, etc…). Muy rico!

Advertisements

One thought on “La Rioja, una etapa hasta el norte argentino

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s