Entrada en Argentina: Mendoza y Aconcagua

30.03>05.04.2016

On s’est donc fait déposer en stop au poste-frontière Chili/Argentine. On va donc passer à pied, mais ça semble un peu compliqué de trouver le bon endroit, le bon guichet , le bon bureau et les bonnes personnes pour se faire tamponner notre passeport pour une sortie du Chili. Après avoir tourné en rond quelques minutes, on apprend que les deux pays collaborent, et que la Sortie d’Argentine se fait en même temps que l’entrée au Chili, côté chilien, et que la sortie du Chili se fait en même temps que l’entrée en Argentine, côté argentin… soit quelques km plus loin (une petite dizaine quand-même!). Pas de bol, on voit mal qualqu’un s’arrêter pour prendre des inconnus entre deux postes frontières, d’autant que cette route a la réputation que pas mal de gens y font passer des choses ‘pas très légales’… Pas le temps d’être pessimiste, voila Carlos, routier chilien, qui s’arrête et nous fait monter dans son camion. Et, ô chance, il passe par Mendoza. C’est la bonté chilienne qui nous accompagne en pleine Argentine! Il propose de nous attendre pendant qu’on passe le contrôle-tamponnage frontière. Lui ne doit pas le faire, mais après la demie-heure de file et autres formalités, il est toujours là!

Après avoir aperçu le sommet de l’Aconcagua du coin de l’oeil, constaté qu’une fois passé les crètes de la cordillière, le paysage devient extrèmement coloré, et profité de 2-3 mini-escales contemplatoires, il nous dépose en pleine ville de Mendoza, où on s’empresse de rejoindre l’appartement de Gabriel, qui nous accueille en couchsurfing. Le contact de ce couchsurfer nous a été donné par Saul, le voyageur péruvien avec qui on avait sympathisé le temps d’une journée près de l’Obélisque d’Ayacucho. En même temps, on le ‘tuyautait’, alors qu’il remontait de Patagonie par le Chili, pour aller loger chez Gustvo, qui nous avait gentilment hébergé à La Serena! (vous suivez?) 😉 Donc Gabriel nous reçoit avec sa maman de manière bien sympathique pour quelques nuits, dans le centre de Mendoza, et nous donne pas mal de conseils pour faire nos premiers pas en Argentine. Le plus compliqué fut de sortir de l’argent liquide. Les banques argentines ponctionnent de grosses commissions forfétaires, et limitent le retrait à de petites sommes…. du coup on a essayé plusieurs distributeurs avant de se résigner à se soumettre au système. Sauf que, quelques jours après, on constate que nos essais annulés (4 ou 5) ont quand-même été débités sur notre compte sans qu’on ait touché le cash!!! Glups… Bref, quelques stress et réclamations plus tard, tout se remet en ordre et réapparaît tout de même sur notre compte. On nous avait dit que l’Argentine pouvait être moins ouverte/sympa, ou plus ‘hostile’ que les autres pays visités… voilà qui nous a mis au diapason! Après les 3 nuits chez Gabriel, on loge chez Marcos, un autre couchsurfer tout aussi sympa, qui nous fait découvrir pas mal de choses typiques, dont le fameux maté! Ce truc que les Argentins boivent en permanence, avec une petite paille métallique (bombilla). C’est en fait une sorte de thé, une herbe aux vertus digestives, qui se boit avec de l’eau chaude, et se partage en groupe. Il y a tout un ‘cérémonial’ dans l’ordre de passage, la façon de préparer et servir, etc.

 

La ville de Mendoza est la quatrième ville d’Argentine. Son agglomération compte environ 850.000 habitants et elle se situe au pied des andes, à une altitude de 824m. Elle est réputée pour les nombreux vignobles qui l’entourent, et constituent un pôle touristique important type ‘route du vin’, avec ses nombreuses ‘bodega’ (lieux de dégustation). Elle se distingue également par sa proximité des hautes montagnes, et son tourisme de randonnées et alpinisme en été, et ski en hiver. Tout ceci lui donne une force économique importante, qui la classe parmi les lieux les plus chers d’Argentine. Y faire ses courses au supermarché est plus onéreux qu’en Belgique… heureusement qu’on continue à faire de l’autostop et du couchsurfing!

Etant donné notre expérience ‘viticole’ à Casablanca, on n’a pas abordé Mendoza par le côté ‘vignobles et bodegas’. On a simplement parcouru la ville en y flânant tranquillement. Elle ne dispose pas vraiment de monuments qui se distinguent en particulier, mais a la particularité de posséder de très nombreuses avenues arborées, qui constituent un impressionnant maillage urbain d’arbres. Ces derniers sont censés apporter de l’ombre car Mendoza est une des villes les plus chaudes d’Argentine… le soleil y tape fort une bonne partie de l’année! Sauf que, pas de bol, on a droit à des circonstances exceptionnelles de temps gris et pluvieux… ce qui nous change de ce qu’on a eu au Chili… Le premier jour, avec ses arbres et ses avenues, Mendoza m’a un peu fait penser à Lyon. Le lendemain, sous un ciel gris et une fine pluie, elle me faisait penser à Lille! 😉 Au pied de ces arbres, des énormes rigoles en béton (ou des chenaux, voire fossés) courent tout le long des trottoirs. C’est une curiosité aussi inattendue que surprenant, voire dangereuse, vu qu’il faut passer par des petites ‘passerelles’ en béton pour accéder aux trottoirs. Assez déroutant quand on n’est pas habitué et qu’on traverse n’importe où! (on endend dire que de nombreux touristes distraits s’y sont cassés la g…! 😉 )

Mirador del Aconcagua

04.04.2016

Avant de quitter Mendoza et s’éloigner des montagnes, on part tout de même faire une excursion en altitude (assez light, vu le doigt blessé d’Agata) pour aller voir l’Aconcagua. Saul (le même que cité plus haut ) nous avait recommandé la petite boucle, rapide et facile du ‘Mirador del Aconcagua’, qu’on s’est empressé de rejoindre en bus, et de parcourir à pied pour contempler le ‘géant’ de bien belle manière. Colossal et impressionnant: on est à +/- 4.000m et on voit se dresser les près de 3.000m qui nous séparent de son sommet. Du haut de ses 6.959m, il domine incontestablement tous ses voisins. Pas loin de là se situe une autre curiosité: le ‘Puente del Inca’ (pont de l’Inca), formation rocheuse naturelle en forme de pont au-dessus d’une rivière (à priori, une sédimentation qui a eu lieu sur un glacier qui a ensuite fondu). On le rejoint à pied en longeant sur 3 km l’ancienne voie de chemin de fer menant du Chili à Mendoza, celle-là même que nous avions aperçue lors de notre trek dans la Valle del Aconcagua, au Chili (Parque Andino Juncal). Le Puente del Inca est assez étonnant, d’autant qu’une ancienne station thermale abandonnée se trouve juste à ses côtés (pour ne pas dire presque dessus), et les minéraux présents dans ces eaux ont laissé des traces ruisselantes de sédiments colorés. Retour en stop à Mendoza, afin de ‘tester’ l’Argentine, car le lendemain, on se dirige pour une longue route vers le nord!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s