La Paz

18>24.01.2016

Donc en quittant le Lac Titicaca, nous nous sommes dirigés, en bus, comme toujours, vers la capitale bolivienne. On en a entendu pas mal parler, par le biais d’autres voyageurs croisés en cours de route, en général en bien, même si quelques-uns se disaient sans avis positif ni négatif, mais juste interpellés par cette ville hors du commun. Perchée à 3.600 m d’altitude, La Paz se situe dans une cuvette en contrebas du haut plateau que nous avons parcouru depuis le lac Titicaca. Donc, 3.600m, c’est le fond de cuvette, car la banlieue haute, qui constitue en soi une autre ville de l’agglomération dénommée El Alto, se trouve à 4.150m d’altitude. La Paz est donc la capitale la plus haute du monde, et El Alto est la ville de plus de 100.000 habitants la plus haute du monde. La Paz, c’est un peu plus d’un million d’habitants, soit comparable à Bruxelles, mais si on ajoute El Alto et les autres villes, ça fait entre 1,5 et 2 millions. On est arrivés en bus par le plateau donc: assez impressionnant de découvrir en un coup cette cuvette en contrebas tapissée d’immeubles lorsque l’on vient d’un horizon relativement plane, bien qu’en altitude (quand je dis “plane”, tout est cependant relatif… c’est pas la Hollande non-plus!!!) 😉 On a donc vu La Paz depuis El Alto, cette ville “annexe” étonnante et à la mauvaise réputation d’un point de vue sécurité, mais présentant un paysage architectural hors du commun, dont je parlerai ci-dessous.

Une fois en ville, on se prend une drache/grêle du feu de Dieu dès la sortie du bus, et on s’empresse (en courant!) de trouver un hostal à la fois bien équipé et pas cher… ce qui n’existe pas vraimenrt en Bolivie… donc on ne sera pas super bien équipé. On a le wi-fi dans les communs, mais les cloisons nous séparant des chambres voisines sont hyper-minces, un peu comme les cloisons japonaises (de papier)… Rien à voir cependant avec le fait qu’il y ait de nombreux touristes Japonais et autres Asiatiques dans l’hostal, que l’on a même pas la chance d’avoir comme voisins directs… car ils sont calmes eux! Comparé aux différents Argentins qu’on s’est coltiné: bruyants, irrespectueux et je m’en-foutistes… A partir de ce moment, appuyés par des témoignages d’autres voyageurs ou de locaux, on est devenu intimement convaincu que tous les (jeunes) Argentins, sont tous comme ça… Bref, on ne les porte pas dans notre coeur… On espère cependant que notre fin de voyage dans leur pays nous fera changer d’avis!

La Paz, donc, une ville que j’ai bien appréciée. Pas si grande, mais assez bien dans la démesure par son architecture de gratte-ciels en veux-tu en voilà. Toutes ces architecture hétéroclytes qui se côtoient. Ce téléphérique urbain, qui sert de transport en commun (en cours de développement) et offre des magnifiques et multiples points de vues sur le ville, ses montagnes et les alentours. Car oui, il y a quand-même bien quelques sommets enneigés qui dominent le plateau, dont le Huayna Potosi, l’un des plus célèbres du pays, culminant à 6.088m.

 

Miradores y teleferico

On a bien profité des multiples points de vue hauts-perchés de La Paz: miradors sur buttes naturelles en pleine ville (ascension à pied), ou hauteurs du bord de la cuvette (El Alto, etc…), via les téléphériques. Super confortables, tous neufs et nickels, il y a pour le moment trois lignes, on a fait la roja (rouge), la amarilla (jaune), on ne s’est pas aventuré sur la verda (verte), qui prolonge la jaune vers des quartiers plus excentrés, et en partie basse. Il y a des projets pour 4-5 autres nouvelles lignes, dont certaines reliereont les existantes entre-elles…. bref, un vrai métro aérien, en moins cher et plus fun, et très adapté au relief de la cité. Un acte visionnaire.. d’autres villes boliviennes verront bientôt naitre leur “teleferico” également. Et puis, les vues, quel régal!

Torres de la Paz

Petite transition facile avec ce qu’on voyait d’en haut, à savoir, entre-autres, cette skyline formée par une forêt d’immeubles-tours. Et bien, vu d’en haut, l’impression d’une densité très forte ert écrasante domine, alors que vu d’en bas, l’espace public parait relativement équilibré malgré ces gabarits très hauts et très proches les uns des autres. Assez étonnant, car en-même temps, La Paz est une petite ville, et paraît comme telle malgré tous ces immeubles aux architectures variées, dont voici quelques spécimens!

Mercado de San Fransisco

Pour rester dans le sujet “architecture”, déformation professionnnelle oblige, je dois dire qu’il y a un bâtiment qui m’a marqué fortement: le marché couvert de la Plaza San Fransisco! Autant, des marchés couverts, on en a vu plein au Pérou: des grands, petits, nouveaux, anciens, type industriel, “de style”, à étages, pré -équipés de cellules-échoppes… etc… Et bien celui-ci a la particularité d’à la fois particulièrement bien s’inscrire dans son contexte urbain (frontalité avec la place, pentes du sol, connexion à une passerelle franchissant une voie rapide…), et d’offrir une spacialité, une organisation et une cheminement hors du commun: le marché est architecturé sous forme de rampes en pente sur lesquelles sont disposées des séries d’échoppes préfabriquées, regroupées par thèmes et par couleurs. Bref il n’y a (quasi) pas de plancher à plat, mais juste ces planchers obliques qui s’articulent autour d’atriums bien éclairés naturellement et structurés par ces grandes colonnes de support! Tout en haut, un balcon sur la place et ses activités. Bref, un bâtiment à la fois audacieux et réussi!

Old Dodge

Autre curiosité, que l’on retrouve également ailleurs dans le pays, ce sont ces vieux bus Dodge, au design si fun et vintage, et tous plus colorés/décorés les uns que les autres! Malheureusement on a pas (encore!) eu l’occasion d’en emprunter un!

Fiesta del Estadio Plurinacional

22.01.2016

On est tombé par hasard, en pleine ville, sur un événement/défilé célébrant une double anniversaire: le changement de système politique vers ce que les Boliviens appellent “L’Etat Plurinational”, et l’accession au pouvoir du Président actuel, Evo Morales. Alors, on sait que c’est 6 et 10 ans, mais on ne sait pas attribuer quel âge à qu(o)i, car on a eu des échos différents…. Donc en gros, il y a des gens qui sont pour qu’Evo Morales continue (SI!) et d’autres sont formellement contre (NO!). On retrouve ces inscriptions un peu partout dans le pays, bien que ce fut relativement peu exprimé lors de l’évènement (ou alors on a rien compris). On s’est plutôt contenté de regarder ces gens qui défilaient (ou attendaient leur tour pour défiler) devant le président notamment (qu’on a pas vu!), en costumes traditionnels pour la plupart, regroupés par “corporations” et par régions, parfois en musique et avec quelques pas de danse! On a aussi recroisé quelques festifs musiciens et danseuses sur les hauteurs en nous rendant à El Alto.

On en a profité pour une fois prendre quelques photos avec des gens (ce qu’on n’ose en général pas trop faire trop “frontalement”), vu qu’on avait la chance de se retrouver dans un événement public regroupant toutes ces couleurs, ces métiers, ces vêtements, ces visages, ces traditions! Je vous conseille d’attendre et regarder les photos d’Agata sur ce sujet, vu qu’elle a eu le déclenchement relativement “compulsif’” lors de cette partie de journée unique (on peut la comprendre)! 😉

>>> http://www.agawalorek.wordpress.com

 

Arquitectura del Alto

On est repassé le dernier jour à El Alto, pour voir d’un peu plus près ces fameux édifices particuliers dont je vous parlait plus haut. On en avait vu du bus en arrivant, et puis un Bolivien avec qui on a papoté lors de la fête en ville nous en a touché un mot puisqu’il y habite: il y a à El Alto un type de bâtiments que l’on ne retrouve que là (mais bon, on en a vu de semblables ailleurs quand-même), qui s’appellent “Cholete”. Rez commercial, salles communes ou de fête au premier, et logements aux autres étages, mais SURTOUT: des façades colorées et décorées “post-modernisantes”, dignes des constructions des parcs de loisir Walt Disney!!! >>> Je vous laisse apprécier par vous-mêmes!

 

>>>>>Prochaine étape, d’où je vous écris: Cochabamba, troisième ville du pays, direction Est, avant de prendre la direction du sud vers Sucre, Potosi, Salar d’Uyuni et ensuite Chili!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s